Le lien social, l’enfant pauvre de la santé au travail

La santé au travail est un ensemble constitué de trois faces : physique, psychique et sociale. Le bien-être professionnel est un subtil mélange de ces trois ingrédients. Les dangers liés à des conditions physique de travail non adaptées ont été détectés depuis de nombreuses années et des campagnes de prévention sont régulièrement menées pour sensibiliser les salariés. Quant à la santé psychique, l’émergence des « Chief Hapiness Officer » démontre que le sujet développe déjà ses racines dans le milieu professionnel. La santé sociale reste la partie immergée de l’iceberg. La crise sanitaire a cependant mis en exergue l’importance pour les salariés et les dirigeants du lien social au sein d’une entreprise pour s’épanouir au travail.

 

La bonne santé au travail est une priorité qu’il est plus difficile de mesurer lorsqu’on est à distance. Le télétravail et le chômage partiel ont créé une situation inédite qui a mis en avant des acquis dont les salariés et dirigeants ne mesuraient pas forcément l’importance. La discussion à la machine à café, le déjeuner entre collègue ou encore le langage non-verbal capté lors de réunion sont des éléments indissociables du bien-être au travail. La privation du jour au lendemain de ces moments sociaux a eu un impact psychologique sur les salariés qui aujourd’hui, au bout d’un an, se retrouvent parfois dans des situations de détresse professionnelle. Une détresse qui se manifeste par une dépression ou encore un surinvestissement dans le travail et les résultats attendus par l’entreprise.

 

Le rôle du manager, du dirigeant, du chef d’équipe a une importance capitale dans le maintien de ce lien social qui par la singularité de la situation doit également évoluer. Les teams ou les zooms uniquement pour donner des instructions ou récolter les résultats ne suffisent pas. Un management horizontal, participatif et collaboratif, avec des moments de partage, même virtuel, sont des pistes à explorer pour maintenir un lien social dans le milieu professionnel. Comme le précise Céline Roux, déléguée générale Santé au travail Fédération Ile-De-France, l’être humain est à prendre et à être considéré dans son entier pour que le bien-être au travail soit maintenu.

Leave a Reply