Category

Non classé

Communiqué de presse – Connecting Pro People

By | Non classé | No Comments

Qu’est ce que la LOM
(Loi d’Orientation des Mobilités)
va changer pour votre entreprise et vos salariés ?

Opportunités ou contraintes ?
Retours d’expériences et solutions pour demain

Avec l’intervention d’un élu régional et les témoignages notamment de VEOLIA, KLAXIT, SNCF, MOBILITY TECH GREEN, ORANGE, RENAULT, AXIMUM (Groupe COLAS), INNOCHERCHE

Mardi 25 juin 2019
de 12h00 à 15h30

Chez Haworth
101, Bd Murat
75016 Paris

Une nouvelle donne

Les politiques gouvernementales poussent les entreprises et les collectivités à repenser leurs pratiques de mobilités et de transport de leurs salariés.

Depuis la loi sur la transition énergétique du 1er janvier 2018, obligation est faite en Ile de France, à tous les sites de plus de 100 salariés, d’élaborer un plan de mobilité (PDM) afin d’optimiser les déplacements quotidiens domicile-travail de leurs salariés, de diminuer les émissions polluantes et de réduire les engorgements du trafic routier.

Le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM), en phase de discussion finale au Sénat, envisage de nouvelles mesures réglementaires et incitatives pour les collectivités, les entreprises et les salariés.

Nouvelles contraintes, ou opportunités d’innovation pour les entreprises en quête d’amélioration de leur performance globale et de leur image employeur ?

Sur la base d’un retour d’expériences d’entreprises qui ont su tracer la voie dans ce domaine, les débats seront centrés sur les solutions permettant d’optimiser les coûts et de susciter l’engagement collaborateurs.

Cet événement est plus particulièrement destiné aux acteurs économiques, entreprises, collectivités territoriales et administrations rassemblant plus de 100 salariés sur un site Ile de France soumis à l’obligation de définir leur plan de mobilité…mais pas seulement ! car cette thématique est mobilisatrice et susceptible de créer de la fierté d’appartenance dans toute entreprise qui se veut responsable.

Avec les témoignages notamment de VEOLIA, KLAXIT, SNCF, MOBILITY TECH GREEN, ORANGE, RENAULT, EDF (sous-réserve), AXIMUM (Groupe COLAS)INNOCHERCHE, nous vous proposons un retour d’expériences d’entreprises qui ont su innover, optimiser leurs coûts et susciter l’engagement collaborateurs

Thématiques :

– Les défis d’aujourd’hui et de demain : solutions, investissements et infrastructures facilitantes en Région Ile de France

– Les avantages insoupçonnés de la démarche Plan de Mobilité d’Entreprise : au-delà de la contrainte légale, un levier d’optimisation et d’engagement collaborateurs (business case et aides publiques),

– Entreprises, Collectivités, réinventez vos mobilités pendulaires et professionnelles ! Solutions et opportunités d’aujourd’hui pour une gestion optimisée humaine et financière : Témoignages d’entreprises (Télétravail, tiers, lieux, covoiturage, l’auto-partage…)– Un futur électrique, connecté et numérique : Mobilité urbaine et numérique

Contacts presse

Laurent Bartoleschi
l.bartoleschi@rb-associes.fr
07 85 95 28 92

Aliocha Nirascou
a.nirascou@rb-associes.fr
06 32 98 38 56






































































START-UP WORLD confie ses relations presse à l’agence RB&Associés

By | Non classé | No Comments

Geneviève CLARKSON, PDG de la société dirige une équipe multiculturelle couvrant l’innovation de 80 pays grâce à une constellation d’ambassadeurs qui sourcent en continue l’innovation dans leur pays. Le monde comme solution… Voici le grand défi que tente d’offrir tous les jours cette start-up. Fondée, il y a plus d’un an par Geneviève CLARKSON ingénieure de formation, passionnée de nouvelles technologies, Start-up WORLD tente de capitaliser toutes les solutions innovantes, présentes dans le monde. 

Start-up world est une entreprise internationale spécialisée dans le recensement, le choix et la sélection de solutions innovantes disponibles dans le monde répondant à des besoins précis. Elle s’adresse aux PME, ETI et aux Grands comptes. 

LE MONDE CHANGE. 

Aucune organisation, aucun savoir-faire, aucun marché ne peux plus être considérés comme définitifs. Tout peut et doit être remis en question régulièrement, même et surtout quand cela commence à fonctionner. Si aucune entreprise ne se pose plus la question du « pourquoi » accélérer sa transformation digitale, toute s’interroge sur le « quoi » accélérer et le « comment » y parvenir rapidement. 

L’INNOVATION EST NOTRE ADN. 

En réponse à ces questions et pour construire ensemble une différentiation efficace et assurer une pérennité sur le long terme, Start-up WORLD vous offre un large choix parmi les meilleures solutions clés en main proposées par les start-ups du monde entier. 

PROFITEZ DE NOTRE RESEAU MONDIAL DE START-UPS. 

Notre but est de vous offrir une écoute, un service sur mesure puis les bons leviers pour optimiser et accélérer vos prochains grands choix stratégiques. 

Pour Geneviève Clarkson, dirigeante de Start-up WORLD : « Nous vous proposons de prendre le relais et de gérer l’ensemble des aléas d’une relation start-up/entreprise en apportant un soutien adapté et une médiation optimale auprès de chaque partie afin de consolider la collaboration établie sur le long 

terme. Grâce à nos évaluations des start-ups et de leurs innovations, nous diminuons les risques tout en optimisant une connaissance du marché et des bonnes pratiques créatrices de valeurs ajoutées. Notre objectif est d’apporter rapidement une solution clé en main utile et ergonomique déployable via un minimum de ressources adaptée à votre structure et à votre marque ». 

Pour en savoir plus : https://start-upworld.com/ 

RB & Associés partenaire de la 3ème édition de Business Beyond Borders

By | Non classé | No Comments

RB & Associés est partenaire de la 3ème édition de Business Beyond Borders qui se déroulera le 3-4 juillet 2019 à Nairobi.

Organisé par le Kenya-France Business Club, le Business Beyond Borders « offre une plate-forme aux sociétés privées, aux organismes gouvernementaux et aux investisseurs désireux d’établir des alliances stratégiques, de développer des partenariats solides et d’échanger des idées dans un intérêt commun ».

Pour de plus amples informations : https://bbbkenyafrance.org/fr/

Laurence Comte-Arassus : « Données de santé : plaidoyer pour une plateforme de la confiance » (Les Echos, 31 janvier 2019)

By | Non classé | No Comments

Données de santé : plaidoyer pour une plateforme de la confiance

2019 sera-t-elle l’année des données de santé ? La future loi de santé doit marquer une nouvelle étape dans l’ambition de placer la France à l’avant-garde du numérique en santé.

Si le pays peut déjà compter sur des bases médico-administratives solides – qu’il s’agisse de la base de données hospitalières (PMSI) ou de celle de l’Assurance Maladie (SNIIRAM) – et, depuis 2016, sur le Système National des Données de Santé (SNDS), il faut aller plus loin. En effet, la constitution de bases de données robustes est un enjeu majeur pour la santé de demain. Du diagnostic au suivi à long terme, les algorithmes et l’intelligence artificielle tiennent un rôle de plus en plus important dans la prise en charge des patients et ont besoin, pour être fiables, de données nombreuses et de qualité.

Oui, la France peut devenir un leader mondial dans l’utilisation des données de santé au service de l’innovation si elle coconstruit cette ambition avec le savoir-faire de l’ensemble des acteurs du secteur de la santé.Les dispositifs médicaux connectés, par leur capacité à collecter des données de santé en vie réelle, vont largement y contribuer. Mais à quoi bon collecter des données si ce n’est pour mettre ce patrimoine commun au service de la recherche, des professionnels de santé, de la puissance publique, des citoyens et des industries de santé parmi lesquelles nos nombreuses start-up françaises ?

Ainsi, l’ambition de faire de la France un leader mondial en matière de données de santé est possible si l’on parvient à concilier les trois éléments majeurs que sont la collecte, le traitement et l’accès aux données de santé avec le temps de l’innovation et, plus particulièrement, celui des dispositifs médicaux, caractérisés par des cycles d’innovation courts de l’ordre de 3 à 4 ans.

Contribuer collectivement à la qualité du SNDS

La Plateforme des Données de Santé, qui devrait se substituer à l’Institut National des Données de Santé (INDS) dans la future loi, devrait permettre d’élargir le champ des données collectées à l’ensemble des données recueillies par les hébergeurs de données de santé que peuvent être les industries du secteur.Cette évolution aurait pour conséquence d’enrichir ce bien commun que représente le SNDS en ouvrant plus largement la porte aux données de santé en vie réelle.

Des garde-fous renforcés pour garantir le caractère non identifiant desdonnées

Au-delà de l’élargissement du périmètre de collecte, le traitement des données s’inscrit dans un cadre où la protection de la vie privée se trouve renforcée, qu’il s’agisse du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) ou de la nouvelle exigence de certification des hébergeurs de données de santé mise en place par l’ASIP Santé depuis le 1erjanvier. Il est à cet égard important, dans ce même souci de concordance des temps, de permettre davantage de prévisibilité quant aux délais nécessaires à l’obtention de cette certification qui doit pouvoir être anticipée par les potentiels hébergeurs,afin de ne pas freiner le déploiement des solutions qui permettront d’alimenter le SNDS en données non identifiantes car pseudonymisées de façon systématique et irréversible.

Pour un accès libre adossé à un contrôle fort

Les conditions de collecte et de traitement des données de santé doivent guider les conditions d’accès dont dépend aussi directement l’ambition du SNDS. Les industries de santé sont par exemple soumises à des dispositions spécifiques et doivent passer par un tiers pour accéder à une extraction de la base. Alors que les hébergeurs vont contribuer à la vitalité du système, alors que les mesures garantissant la non identification ont été renforcées et alors que les demandes d’accès vont augmenter de manière exponentielle – ce qui serait un marqueur du rôle central et incontournable pris par le SNDS – les conditions d’accès devront nécessairement évoluer.

L’accès partiel et contrôlé a priori, consommateur de temps et de moyens, établit une contrainte qui, au regard de ces évolutions et du besoin de concordance des temps, peut légitimement être questionnée. Si l’on veut aller au bout de l’ambition, il faut poser la question d’un accès libre. Un accès libre mais traçable, afin d’effectuer des contrôles a posteriorisur les requêtes effectuées et permettre de sanctionner – durement – ceux des acteurs qui contreviendraient à l’intérêt public. Un accès libre qui n’exonère pas de rendre des comptes, à l’instar de ce qui est d’ores et déjà demandé en matière de publication des résultats des études.

La Plateforme des données de santé ne peut pas avoir de fondations plus solides que celles de la confiance. La discussion de la future loi de santé doit donc aussi permettre de questionner le passage d’un contrôle de l’accès a priorià un contrôle a posteriori, le premier créant d’emblée une forme de défiance là où le second repose sur la confiance, cette dernière n’excluant pas pour autant le contrôle.

Laurence Comte-Arassus, Présidente Medtronic France